Les sujets des écrits de l'agrégation externe EPS depuis 1990

2021 1ere épreuve

2021 2eme épreuve:

 

2020 1ere épreuve: « J’ai tenté de montrer que le sport, par l’attrait qu’il exerce (il est très différent, en cela, de l’éducation physique), constitue un puissant moyen d’action. Il offre ce dilemme à l’éducateur : servir la jeunesse, ou l’asservir. Le sport peut, en effet, être mis au service de l’humanisme : culte de la liberté par l’enrichissement de la participation sociale ; ou il risque au contraire, d’orienter l’adolescent vers un “animalisme” qui flatte et développe efficacement ses pires tendances régressives. » Georges Magnane, Sociologie du sport, Paris, Gallimard, coll. « idées », 1964, p. 135. En vous appuyant sur ces propos, vous analyserez l’évolution des réformes disciplinaires en EPS depuis 1964.

2020 2eme épreuve: « Les expériences motrices des élèves et les significations qu’ils leur attribuent constituent la base de l’apprentissage et s’accompagnent de connaissances sur soi et sur ses actions. » 1 . Discutez et illustrez 1 Huet, B. et Gal-Petitfaux, N. (2011). L’inscription corporelle de l’expérience en EPS. In Benoît Huet et Nathalie Gal-Petitfaux « L’expérience corporelle ». Paris : revue EPS, p.63.

 

2019 1ere épreuve: « Une position critique ne peut se greffer que sur une pratique effective. Pratique et critique supposent une dé- et re- construction constantes des activités sportives existantes, une incitation à des formes différentes de ces activités. La possibilité d’une attitude critique implique qu’un temps notable puisse être consacré à la pratique et qu’un niveau optimal ait pu être atteint. D’où, entre autres raisons, la nécessité à l’école d’un horaire sur la base de cinq heures hebdomadaires. Faire apparaître les dangers d’élitisme et de sélection contenus dans le modèle sportif est nécessaire. Mais une dénonciation plus urgente s’impose actuellement : souligner combien les activités physiques et sportives sont encore largement réservées à une élite socio-culturelle, dans la population scolaire comme dans la population totale. Faute de quoi, la première dénonciation risque de devenir elle-même suspecte d’élitisme. » Claude Pujade-Renaud, « Conclusion », Questions-réponses sur l’éducation physique et sportive, Paris, ESF, coll. « Science de l’éducation », 1979 (3ème édition, 1ère édition en 1977), p. 172.

En vous appuyant sur les propos de Claude Pujade-Renaud, vous analyserez l’évolution des réformes de l’éducation physique depuis 1967, notamment dans son rapport aux types et modalités de pratiques en usage dans la société française.

2019 2eme épreuve: Dans quelle mesure l’enseignant d’EPS peut-il favoriser les apprentissages techniques des élèves afin de développer des compétences et construire une culture commune ?

 

2018: 1ere épreuve Les études d’éducation physique sont marginales; elles sont aussi très “techniques” et n’ont pas pour l’instant de statut universitaire véritable. Elles sont spécialisées au point de n’offrir aucune issue en dehors de l’enseignement. Elles se meuvent dans l’inconfort. L’équilibre semble difficile aussi entre une volonté de connaissance minutieuse des techniques sportives, que l’on veut toujours plus diversifiée, et celle d’approfondir les discours scientifiques sur le mouvement corporel dont les méthodologies et exigences sont à la fois étendues et dans chaque cas spécifiques. L’équilibre enfin est fragile entre les certitudes offertes par le terrain où se mêlent des activités très concrètes et une théorie éprouvée comme lointaine, abstraite, non seulement limitée dans ses applications mais dans sa constitution même. Paul Irlinger et Georges Vigarello, « La formation des enseignants », Revue Esprit, n° 5, mai 1975, p. 687. En vous appuyant sur ces propos, vous analyserez l’évolution des contenus dans la formation des enseignants d’éducation physique depuis 1933.

2018: 2eme épreuve "A quelles conditions les efforts et les performances des élèves en éducation physique et sportive peuvent-ils s’accompagner du développement de compétences et d’une culture spécifique?"

 

2017: 1ere épreuve «Mais n’est-ce pas une idée un peu simpliste que d’attribuer une fois pour toutes la Grâce à la Femme et la Force à l’Homme sans songer à tenir compte des différences individuelles? Qui est donc le plus ridicule, du petit jeune efféminé ou de la dondon qui minaude? [...]. Au lieu de vouloir réaliser à tout prix un type standard, n’est-il pas plus sage de tenir compte avant tout des possibilités de chacun quel qu’en soit le sexe? »(1) En vous appuyant sur les propos de ce professeur, vous montrerez dans quelle mesure l’éducation physique, au cours de son évolution, a permis de prendre en compte les différences interindividuelles. (1) Claude Magnin, « Doit-on parler d’éducation physique féminine? », Revue EP.S, n°10, p. 23, avril 1952.

2017 2e épreuve: « Lors des trois ans de collège du cycle 4, les élèves, qui sont aussi des adolescentes et des adolescents en pleine évolution physique et psychique, vivent un nouveau rapport à eux-mêmes, en particulier à leur corps, et de nouvelles relations avec les autres » (Programme cycle 4, Bulletin Officiel du 26 novembre 2015). Dans quelle mesure l’enseignant d’Education Physique et Sportive peut-il offrir conjointement aux adolescents la possibilité de s’épanouir personnellement et de développer leur sociabilité?

 

2016: 1ere épreuve "Les sports collectifs, forme supérieure du jeu, se proposent d’agir autant sur le caractère que sur le corps de l’enfant. Ils utilisent et améliorent accessoirement les qualités morales et physiques développées par l’éducation physique de base. En dehors des grands jeux préparatoires, les principaux sports collectifs sont les suivants : Volley-balI, Basket-ball, Hockey, Handball, pour garçons et filles ; Rugby et Football pour les garçons. Ces activités s’adressent autant à l’esprit qu’au corps. Non seulement elles imposent l’apprentissage d’une technique particulière à chaque sport, c’est-à-dire de gestes à forme bien définie ; mais encore de connaître et respecter les règles du jeu. Elles tempèrent l’action du brutal et de l’égoïste, et stimulent au contraire le timoré, l’enfant veule et apathique. Elles forment le caractère, grâce au maître qui tient compte du comportement individuel sur le stade.
Les jeux et les sports collectifs possèdent cette vertu, trop ignorée par les maîtres, de créer dès l’enfance de bons automatismes moraux et sociaux [...]. En sport collectif, tout doit être subordonné au profit de l’ensemble. On agit, on lutte, on ruse d’adresse ou d’intelligence, non pour se mettre en valeur, mais en vue du triomphe de l’équipe. L’enfant étant individualiste, il faut, utilisant le jeu qui l’intéresse, lui dire pourquoi il doit, quand cela s’impose, faire abstraction de soi-même. Exaltation de la personnalité d’une part, soumission de l’individu au profit de l’équipe d’autre part, voilà en quoi diffèrent les sports individuels et collectifs, pourquoi ils se complètent
harmonieusement et doivent être encouragés et pratiqués parallèlement» (Maurice Baquet, Précis d’initiation sportive, Paris, Bourrelier, 1950, 3ème édition).

En quoi ces propos sont-ils révélateurs des enjeux et des usages des sports collectifs dans la construction des savoirs en EPS de 1918 à nos iours?

2016: 2eme épreuve «Parmi les disciplines scolaires, l’EPS est l’unique garante pour les élèves d’un engagement corporel. Pour nombre d entre eux, elle represente le seul moment d’activité physique et pour tous, elle doit apporter des connaissances, des capacités et des attitudes leur permettant de construire, puis d’entretenir, tout au long de la vie, leur habitus santé. »
Discutez cet extrait du programme d’éducation physique et sportive pour les lycées d’enseignement général et technologique (Bulletin officiel spécial n°4 du 29 avril 2010). "

 

2015: 1ere épreuve « L’utilité sociale de l’EPS et du sport scolaire est une évidence. » Discutez cette affirmation en vous appuyant sur la période de 1930 à nos jours.

2015: 2eme épreuve "Lors du lancement de la conférence nationale sur l’évaluation des élèves, le 26 juin 2014, Benoit Hamon souligne la nécessité de faire évoluer en profondeur la manière d’évaluer. «L’évaluation doit dire quelque chose. Elle doit être un outil de progrès pour les élèves et non un outil de relégation. Elle doit être un indicateur de ce qui est acquis et de ce qui ne l’est pas, et non un couperet séparant pour toujours les bons et les mauvais élèves. L’évaluation doit être plus ouverte à la progressivité des apprentissages des élèves, Il ne s’agit en aucun cas d’abaisser le niveau d’exigence mais de faire de l’évaluation une démarche, et non seulement une mesure, afin que l’élève se sente valorisé et encouragé à prendre confiance en ses capacités. » Sur quelles connaissances s’appuyer et comment organiser l’enseignement de manière à répondre, en EPS, à cette attente de l’institution?"

 

2014: 1e épreuve «Au fond, faut-il absolument que les filles soient sportives ? Pour le temps personnel, comme pour les adultes, c 'est évidemment affaire de choix, mais précisément, il revient à l'école (et à elle seule), de créer les conditions de la liberté réelle des choix. Si l'on ne veut pas que la reproduction culturelle, sociale et familiale soit seule maîtresse du jeu, l'école doit en effet confronter les filles aux diverses facettes de ce patrimoine. Mais cette question croise une controverse durable dans le monde de l'EPS sur le fait que les sports constituent une référence culturelle pertinente pour l'école ; le caractère éphémère des prestations sportives (à l'inverse des œuvres littéraires, des connaissances scientifiques, etc) n'aide pas à prendre du recul sur les dérives médiatiques et financières qui entachent le sport de haut niveau. La pente du renoncement est souvent plus tentante. Ainsi la difficulté à enseigner les sports collectifs ou les autres activités d'opposition (de combat ou de raquette) aux filles, ainsi que la stigmatisation des notes toujours plus basses des filles (au bac notamment, d 'environ un point) peuvent conduire à une conception régressive. L'échec relatif des filles dans les activités sportives serait ainsi prétexte à accentuer la part d'activités liées à la santé, à l'entretien de soi ou à ... l 'air du temps (comme le step). Cette «féminisation » non dite des programmes permettrait la résurgence d'une vieille tendance hygiéniste de l'EPS. Une meilleure égalité des filles devrait donc se payer d'un bien triste retour à « l'éternel féminin » sous sa forme « corps/santé », laissant passion et plaisir, risque et aventure au pôle masculin, hors des initiations scolaires. » Extrait de Annick Davisse, « Filles et garçons en EPS, différents et ensemble ? », in Revue Française de Pédagogie, n°171, avril-mai-juin 2010, p. 88. Quelles réponses apporte 1'histoire de 1'EPS, depuis 1918, aux constats et questionnements formulés par Annick Davisse ?

2014: 2eme épreuve «La coopération est à la fois un enjeu et un levier d'apprentissage ». Discutez cette affirmation dans le cadre de l 'EPS.

 

2013: 1ere épreuve Comment les notions d'entraînement et de performance sont-elles prises en compte dans l'enseignement de l'EPS depuis 1945?

2013: 2eme épreuve Les programmes de l'enseignement de l'EPS en coUège (BO spécial n°6 du 28 août 2008) indiquent que l'EPS participe aux acquisitions du socle commun, notamment par le fait que: «l'élève apprend à concevoir et mener des projets jusqu'à leur terme, à travailler en équipe et respecter des échéances». Sur quelles connaissances, les enseignants d'EPS peuvent-ils s'appuyer pour concevoir et organiser leur enseignement de manière à répondre à cette attente institutionnelle?

 

2012: 1ere épreuve Une large majorité d’enseignants d’Education Physique et Sportive (EPS) estime que « l’EPS doit insister sur les enjeux éducatifs pour se différencier des pratiques de loisir extérieures à l’école. » (1)   Vous montrerez en quoi et comment l’évolution de la discipline, dans ses textes, ses pratiques et ses discours, de 1945 à aujourd’hui, peut expliquer l’actualité de cette opinion. (1) 82% des enseignants dEPS sont d'accord avec Ie fait que l'EPS doit insister sur les enjeux éducatifs pour se différencier des pratiques de loisir extérieures à récole . In Dossier DEPP n°195— Février 2010 -. Etre professeur EPS en 2009 • (page 50).

2012: 2eme épreuve Les émotions susceptibles d’être ressenties par une adolescente ou un adolescent en Education Physique et Sportive sont-elles inhibitrices ou facilitatrices de la construction des compétences?. En vous appuyant sur vos connaissances scientifiques et didactiques, vous illustrerez vos propos en prenant des exemples dans au moins trois compétences propres(1) à l’Education Physique et Sportive.  (1) Les cinq compétences propres à l’EPS:   1- RéaJiser une performance motrice maximale mesurable à une échèance donnée     2- Se déplacef en s’adaptant à des environnements variés et Incertains    3- Réaliser une prestation corporelle à visée artistique ou acrobatique    4- ConduIre et maitnser un affrontement individuel ou collectif    5- Réaliser et orienter son activité physique en vue du développement et de l’entretien de sol

 

2011 : 1ere épreuve  L’EPS fait de l’accès au patrimoine de la culture physique et sportive l’un de ses objectifs (*). En considérant la période allant de la fin des années soixante jusqu’ à nos jours vous montrerez pourquoi et comment cette ambition s'est installée et a evolué.  *Progamme du collège (arrêté du 08 07 2008): « Au collège l’élève doit vivre des expériences corporelles variées et approfondies. Il accède ainsi à une culture raisonnée, critique et réfléchie des APSA. Cet apprentissage se fait au travers de pratiques scolaires issues des
pratiques sociales, aménagées en fonction d’impératifs éducatifs. L’acquisition de compétences et de valeurs permet au collégien de se situer au sein d’une culture contemporaine»
*Programme du lycée (arrêté du 08 04 2010): "La pratique d’une forme scolaire des APSA, favorise l’accès à une culture raisonnée, critique et réfléchie des pratiques sociales et des valeurs qu’elle véhicule. L’EPS permet au lycéen de disposer de connaissances nécessaires et d’un niveau de pratique suffisant pour l’aider à se situer au sein d’une culture contemporaine pour
l’accès à des pratiques physiques qui complètent l’offre de formation proposée au collégien"

2011: 2eme épreuve : De l’enfant qui court et qui saute dans la cour de récréation à l’élève qui acquiert en Education Physique et Sportive des compétences athlétiques... Sur quelles connaissances scientifiques et techniques l’enseignant d’EPS peut-il s’appuyer pour optimiser le passage
d une motricite usuelle voire «spontanee» a la motricite spécifique d’ une APSA?

 

2010: 1ere épreuve : "En quoi la technicisation de la société entre 1950 et 1981 a-t-elle influencé l'évolution de l'Education Physique et Sportive"

2010: 2 eme épreuve: « En vous appuyant sur les connaissances scientifiques qui attestent du rôle crucial joué par l’activité physique dans la prévention et la prise en charge de oertaines pathologies tout au long de la vie, montrez comment l’Education Physique et Sportive scolaire pourrait évoluer pour contribuer efficacement à la promotion de la santé et lutter contre l'inactivité physique grandissante et ses conséquences, notamment en matière de surcharge pondérale chez l'enfant et l'adolescent. »

 

2009: 1erre épreuve : "La violence constitue aujourd’hui une thématique sociale et politique majeure qui marque profondément la société et l’école. Dans quelle mesure et avec quelles conséquences l’Education Physique et Sportive a-t-elle pris en compte les problématiques de production et de contrôle de la violence dans le champ scolaire depuis 1945 ? "

2009: 2eme épreuve : "En quoi et comment les connaissances scientifiques permettent-elles de concevoir, d’organiser et d’optimiser le transfert des apprentissages et des capacités énergétiques lors de l’acquisition des habiletés motrice en Education Physique et Sportive ?"

 

2008 : 1ere épreuve : "Les instructions officielles de 1967 vous paraissent-elles être le reflet d’une conception  partagée de l’Education Physique d’alors ou résultent-elles d’un compromis entre influences  divergentes et conceptions opposées de l’Education Physique, de ses finalités, de ses  objectifs et de ses moyens au collège et au lycée ? "

2008: 2eme épreuve : "Répétition et fatigue induite par l’activité physique, lors de l’acquisition des habilités  motrices en Éducation Physique et Sportive : effets conjugués, effets compatibles ou effets  antagonistes sur l’apprentissage moteur ? "

 

2007 : 1ere épreuve : L’essor des gymnastiques de 1850 à 1914 et le développement de leurs institutions, notamment des sociétés de gymnastique, paraissent ils s’inscrire dans une transformation des conceptions du monde social ?

2007: 2eme épreuve : Place et importance des processus perceptifs pour l’acquisition des habiletés motrices par les enfants et les adolescents, en éducation physique et sportive au collège et au lycée.

 

2006 : 1ere épreuve : Pensez-vous que l'EP scolaire, l'EP non scolaire et le sport aient réfléchi identiquement les revendications des femmes dans la première moitié du XXème siècle?

2006: 2eme épreuve : Dans quelle mesure le versant émotionnel de l'action constitue-t-il une base pour les apprentissages en EPS?

 

2005  1ere épreuve : L'ambition de contribuer à une plus grande mixité sociale vous paraît-elle marquer l'évolution des conceptions en lien avec la diversification des publics scolaires en EPS dans la seconde moitié du XXe siècle ?

2005: 2eme épreuve: Agir seul, agir collectivement. Ces deux sortes d'action occasionnent-elles des apprentissages différents et impliquent-elles des démarches d'enseignement particulières en EPS ?

 

2004:  1ere épreuve : L’éducation physique et sportive de la deuxième moitié du XX e siècle a-t-elle pris la mesure de la place des loisirs et de son évolution dans la société française ?

2004: 2eme épreuve : L'acquisition de techniques corporelles relève-t-elle de la transmission de formes culturelles ou de l'exploitation de qualités physiques individuelles?

 

2003:  1ere épreuve : Les enjeux de la scolarisation des pratiques physiques à la fin du XIX e siècle et au début du XXe siècle.

2003: 2eme épreuve: La signification des activités physiques sportives et artistiques précède-t-elle l’action des élèves en éducation physique et sportive, ou en procède-t-elle ?

 

2002:  1ere épreuve  : Comment la gymnastique est elle devenue scolaire au 19ème siècle ?

2002: 2eme épreuve: Ce qu'il y a à apprendre en EPS compte t-il plus ou moins que la manière d'apprendre ?

 

2001:  1ere épreuve : Quel sens donnez-vous à l'affrontement entre les sociétés de gymnastiques et les clubs sportifs au 19ème siècle?

2001: 2eme épreuve : La possibilité d'intervenir dans l'apprentissage des élèves vous parait-elle scientifiquement fondée ?

 

2000:  1ere épreuve : Comment mettre en rapport les transformations de la société industrielle (1815-1914) et celles des pratiques physiques ?

2000: 2eme épreuve: Les relations effort-habileté dans les acquisitions motrices en EPS

 

1999:  1ere épreuve: Les rapports du sport et de l'éducation physique pendant l'entre deux guerres : quels enjeux ?

1999: 2eme épreuve: la connaissance de soi et les stratégies d'apprentissage en EPS.

 

1998 1ere épreuve: En 1927, Bellin du Coteau écrivait, dans un article de l'Almanach sportif : « Le sport n'a rien de commun avec l'éducation physique ». Analysez et commentez cette affirmation pour la période de l'entre-deux-guerres

 

1997 1ere épreuve: L'éducation physique des filles, les femmes et le sport dans l'entre-deux-guerres.

 

1996 1ere épreuve: La prise en compte des valeurs du sport par l'école dans l'entre-deux-guerres. Écrit 2: 1997 Écrit 1: L'éducation physique des filles, les femmes et le sport dans l'entre-deux-guerres

 

1995 1ere épreuve: A la fin du XIXème siècle, l'école propose des jeux de plein air, aujourd'hui ce sont des activités physiques de pleine nature qui sont enseignées. Quelles explications et quelles significations pouvez-vous donner à cette évolution ?

 

1994: 1ere épreuve: Dans quelle mesure les conceptions contemporaines de l'enseignement des pratiques physiques gardent-elles la trace de celles qui s'affrontaient et s'influençaient en ce début de siècle, en France et dans les pays voisins, lorsque G. Hébert observait en 1925 : « La vogue du mot sport et l'apparition de l'expression « éducation physique » ont fait peu à peu délaisser le terme gymnastique» ?

 

1993 1ere épreuve: « L’éclectisme » en éducation physique et sportive : après en avoir analysé les origines dans la première moitié du XXème siècle, vous en discuterez l’actualité.

 

1992 1ere épreuve: Le masculin, le féminin et l’évolution des pratiques physiques et sportives au cours de la seconde moitié du vingtième siècle.

 

1991 1ere épreuve: Il est dit qu’il ne saurait avoir d’enseignement sans évaluation. Quels sont, à cet égard, les problèmes rencontrés par l’éducation physique et sportive et quelle a été l’évolution des conceptions dans cette discipline au cours de la seconde moitié de notre siècle ?

 

1990 1ere épreuve: En quoi et comment les connaissances relatives à l'évolution des ressources de l'enfant et de l'adolescent, au cours de leur développement, guident-elles l'enseignant d'EPS dans la définition des contenus d'enseignement ?

accueil